Rassemblement en hommage à Georges Floyd du mardi 2 juin

Plus que jamais, les femmes ont été en première ligne pendant le confinement.

Dans leurs activités professionnelles comme à la maison, elles ont majoritairement supporté une charge de travail colossale en plus d’une exposition élevée au risque. Dans les métiers considérés comme essentiels, les femmes sont légion : dans le personnel soignant, dans le personnel éducatif, les postes de nettoyage.

Ce sont souvent des emplois précaires, à la reconnaissance récente mais pas assez soutenue et dont la rémunération reste faible. Elle est toujours conjuguée à la disparité salariale entre hommes et femmes. A la maison aussi, les pressions que subissent les femmes sont nombreuses. En plus de leur métier dans lequel on leur demande toujours plus de rendement et de productivité, elles se chargent le plus souvent des taches ménagères et des tâches d’éducation.

Le confinement a renforcé cette situation et a augmenté également les situations de violences intra-familiales.

Pour revendiquer plus de justice sociale, économique et écologique ainsi qu’un rôle dans cette société où elles ne seraient plus dans un rapport d’oppression, une grève féministe est organisée, appelant toutes les femmes à venir les rejoindre.

Les Insoumis.es soutiennent et appellent donc à participer à l’action éclair qui aura lieu à Nantes ce lundi 8 juin à 19h30, place du Bouffay.

Par ailleurs, dans le sillage du meurtre de Georges Floyd, les violences policières font l’objet de nombreuses dénonciations, mondiales.

Dans notre pays, ces manifestations trouvent un écho véritable, au travers du ças d’Adama Traoré, ou du mouvement Gilets Jaunes.

Plus localement encore, les morts d’Aboubacar F. et, dans un autre contexte, de Steve, sont autant d’exemples des méthodes qu’on peut qualifier de violentes de la part des forces policières.

Il faut également citer le chiffre édifiant du dernier rapport de l’inspection générale de la police nationale paru ce jour qui fait état d’une augmentation en un an de 41% des enquêtes portant sur des violences volontaires.

Les Insoumis.es s’opposent et s’indignent quant à toute forme de présence de racisme au sein des forces de l’ordre, et d’une manière plus générale à toute pratique d’intervention violente de la police à l’encontre du public. Tout aussi déplorable est la constatation de la rupture entre le peuple, en particulier les quartiers populaires, et les forces de l’ordre.

Alors, pour manifester leur désaccord et leur mécontentement ainsi que leur envie de changement sur cette situation,

Les Insoumis.es encouragent tous ceux qui le peuvent la participation au rassemblement qui aura lieu à 13h30, place Bretagne, contre le racisme et pour une justice pour Adama.

Contre les dominations, manifestons!
Étiqueté avec :