Hotel Dieu Nantes CHU

Nantais·e, le 28 juin, ne vote pas pour une liste qui veut détruire ton hôpital !
Le projet de CHU sur l’Ile de Nantes est un symbole du manque d’anticipation de nos gouvernants et de destruction du service public par 30 ans de libéralisme économique et d’austérité.



La crise sanitaire a montré la nécessité d’un service publique de qualité, avec du personnel en nombre et des moyens matériels.
La crise sanitaire a acté la destruction progressive depuis 30 ans de l’hôpital et de la santé publique au bénéfice des grands groupes privés (cliniques, laboratoires etc) via la tarification à l’acte, la suppression de lits et la diminution du nombre de soignants : à l’hôpital les actes coûteux, lourds et complexes, au privé les actes rentables.


Les insoumises et les insoumis de Nantes réaffirment leur opposition totale au projet de CHU sur l’île de Nantes, demandent l’arrêt de ce projet qui comporte moins de lits, moins de professionnels sur un espace plus petit et pour plus d’un milliard d’euros. C’est pourquoi nous rejoignons la CGT-CHU, le collectif Inter-Hôpital, le collectif Inter-Urgences, les collectifs citoyens, des associations et Nantes en commun (dont nous faisons partie) pour nous positionner contre ce regroupement.
Ce projet, qui s’inscrit dans une politique intolérable de destruction des services de santé, est devenu inacceptable après la crise de la covid-19.
Nous faisons face à un projet financier et urbanistique et non un projet de santé publique qui réponde aux besoins de santé des Nantais et de la Métropole.

Comment accepter un hôpital plus petit dans une ville qui ne cesse de grandir ?


Après avoir défendu pendant toute la campagne des municipales ce projet « du 21ème siècle », Madame Johanna Rolland le vante désormais comme adapté car évolutif, tout en reconnaissant qu’il faut l’adapter en termes de lits. N’oublions pas que le projet fut lancé sous le gouvernement Ayrault ! Johanna Rolland accepte et encourage ce regroupement des sites du CHU et en fait un symbole de la politique de destruction des services publics par le PS, qu’il soit local ou national.


Et après avoir manifesté et fait grève pendant près d’une année pour demander des postes et des moyens supplémentaires, les soignants demandent à ce qu’on les entende enfin. Ils ont tout donné depuis plusieurs mois pour assurer leur mission. Imaginons ce qu’il se passera avec 800 postes en moins sur le CHU : la catastrophe assurée, ce qu’a démontré la crise sanitaire que nous venons de vivre !


Respecter les soignants, c’est entendre les besoins qu’ils expriment, c’est anticiper l’avenir et les risques, c’est prendre ses responsabilités en arrêtant ce projet obsolète.

La France Insoumise de Nantes ne saurait soutenir une liste qui maintiendrait le flou sur cette question d’intérêt commun.


Les Insoumises et Insoumis de Nantes


CHU sur l’île de Nantes : vers la destruction de ce service public !
Étiqueté avec :