L'actuel CHU Hotel-Dieu
L’actuel CHU de Nantes (site de l’Hotel-Dieu)

Le groupe FI Santé 44

Depuis des années, les associations, les syndicats et le collectif Santé de la France Insoumise 44 dénoncent la construction d’un nouveau CHU sur l’Ile de Nantes.

Bien avant le coronavirus, ils n’avaient cessé d’alerter sur les risques que faisaient courir le manque de moyens alloués à l’hôpital public et la faiblesse d’un Etat vidé de sa substance par la mondialisation libérale et par des années de politiques d’austérité.

La F.I. s’est longuement exprimée sur ce lieu difficile d’accès mais surtout sur le modèle d’établissement et le projet de soin retenu. L’ambulatoire, décrit comme la solution miracle, mais qui ne correspond ni aux gens isolés, ni aux personnes âgées, ni aux situations complexes, ainsi que la réduction du nombre de lits et de personnels, rend ce projet inadapté aux besoins de santé de la population nantaise.

La crise du Covid-19 démontre l’absolue nécessité d’un hôpital public qui peut répondre non seulement aux situations exceptionnelles, mais aussi qu’un hôpital ne peut fonctionner en « flux tendu », gérant ses lits et ses patients comme une entreprise gère ses stocks. L’épidémie a mis en évidence la carence du système de santé développer depuis des années. Il faut repenser l’hôpital public. Les « jours d’après » ne pourront se satisfaire de projet sanitaire des années 2010.

Pourquoi continuer à promouvoir des plans santé, des fermetures de lits et de services alors qu’on les paye cash aujourd’hui ?

Pourquoi continuer à vouloir pour une ville toujours plus grande, toujours plus dense, un hôpital réduit en lits et en effectif ?

La santé, comme d’autres besoins sociaux fondamentaux, ne peut être soumise à la rationalisation et à l’efficience des moyens budgétaires. La santé publique reste pour nous une priorité essentielle.

Face à la pandémie, l’actuel CHU (malgré les difficultés inhérentes au manque récurent de personnel) a prouvé  qu’il était opérationnel.

Pourquoi perdurer dans le projet de regroupement des deux hôpitaux en un seul ?

Pourquoi accepter, alors que les besoins de santé seront considérables, que plus d’un milliard soit consacré à couler du béton ? Soit l’équivalent d’autant de masques sanitaires ! Dans l’attente d’une étude et d’un diagnostic sur une future organisation évolutive de l’hôpital (OF du 29/04/2020) ; l’arrêt de tous les travaux sur le site de l’île de Nantes devient une nécessité.

Pour ne pas rajouter à la crise sanitaire l’amplification de la crise écologique, des études sérieuses et complètes doivent chiffrer en bilan carbone et gaz à effet de serre le processus de construction et surtout de déconstruction du CHU pour un parc urbain. Combien d’équivalent d’arbres sera-t-il nécessaire de planter pour compenser ces deux chantiers titanesques ?

Nous posons ces questions aux décideurs et plus particulièrement, après ses récentes déclarations, à la maire de Nantes et présidente du conseil de surveillance du CHU.

Le groupe thématique Santé 44 de la France Insoumise

Halte aux travaux du futur CHU de l’île de Nantes !
Étiqueté avec :